Mon père ce héros

Un roman graphique sur l'enfance agressée

Avec Un berceau juste pour moi, Mon père ce héros et d’autres écrits de Mathilde Laguës, qui content son enfance agressée, violée, ainsi que son chemin de réparation, notre ambition est de donner vie à un objet artistique qui aurait le pouvoir de dire l’indicible, avec bienveillance.

Le but de cet ouvrage sera de sensibiliser au déni concernant le fléau de la pédocriminalité, plus que présent dans notre société, et l’ampleur des ravages constatés sur la vie de celles et ceux qui tombent dans les filets des agresseurs.ses.

 
 

On recheche

  • Une ou plusieurs écoles d’Art partenaires
  • Une marraine dessinatrice ou un parrain dessinateur ou les deux
  • Une ou un maquettiste
  • Un éditeur
  • Un imprimeur
  • Un réseau de distribution
  • Un ou une attaché.e de presse

On en est où?

Avoir une école d’Art qui s’engage à nos côtés afin de faire participer ses étudiants au projet
🡪 recherche activée ! 

Rêver d’avoir à nos côtés un.e dessinateur.trice qui soutiendrait le projet en illustrant un ou plusieurs textes et en conseillant les étudiants engagés dans le projet.
🡪 Dossiers de présentation en préparation ! 

Coordination des sessions de créations, et récupérations des ouvrages

Mise en page de l’ouvrage grâce à la contribution d’un.e graphiste/maquettiste

Nous espérons en grande quantité…

Vers l’infini et l’au delà… Jusqu’au Quotidien de Yann Barthès et la Grande Libraire de François Busnel!

Librairies, point de ventes, partenaires afin de distribuer et commercialiser notre roman graphique, livre 1 de la collection “Force de vie”

Budget estimé

0 € SUR 15 000 €

Les fonds serviront aux droits d’auteurs, maquettiste, attaché.e de presse, fonctionnement de l’association pour le développement et la production du projet…

La genèse

A la lecture des textes cela a été comme une évidence, il fallait les illustrer pour les rendre au maximum accessibles au plus grand nombre, à l’attention d’un public adolescent et adulte, et ainsi contribuer à ce que les adultes de demain aient davantage de supports, d’ouvrages pour sortir du déni sociétal qui existe sur le sujet.
Et puis évidemment, au commencement c’est d’abord une histoire de rencontre et une envie de faire ensemble ! 

Le mot de Mathilde

Sous des apparences très enviables, mon enfance a laissé des traces profondes qui sont difficiles à comprendre pour l’enfant, et encore plus difficiles à expliquer par l’adulte.
De nombreux écrits existent déjà sur l’inceste, des ouvrages psychanalytiques, très brillants, qui permettent aux professionnels de s’approcher de la problématique.
Mais la vérité est que, pour moi qui l’ai vécu, et malgré les “grandes études” que j’ai eu la chance de pouvoir faire, cette situation a longtemps été psychologiquement inextricable, incompréhensible, et a fortiori inexplicable. Il m’a fallu de nombreuses années de thérapie pour comprendre les ressorts psychiques, retrouver les souvenirs enfouis, démêler le vrai du faux, le bon du mauvais, et me retrouver, moi, au fond de tout ça.

Si comprendre en quoi c’est un problème, en quoi cela fait mal, et pourquoi c’est grave, est déjà extrêmement difficile pour la personne concernée… Alors, comment cela pourrait-il être compris par le monde extérieur ?

Le sujet des violences sexuelles sur mineur.e.s, même s’il est de plus en plus médiatisé, est encore profondément tabou. On n’a pas envie d’en entendre parler et surtout… « ça n’arrive qu’aux autres »…
La vocation de mes textes est de permettre au lecteur, à chacun.e, chaque citoyen.ne, non pas de comprendre en quoi c’est un problème ou d’acquérir un savoir théorique sur le sujet ; mais juste de ressentir, de parcourir de l’intérieur ce que ça fait, à l’enfant.

La vocation de mes textes est de donner voix à toutes ces victimes silencieuses, leur permettre de se reconnaître déjà elles-mêmes, car bien souvent elles s’ignorent…

Parce qu’on en fera jamais trop pour informer, créer des « outils » qui libèrent la parole sur le sujet des violences sexuelles sur mineur.e.s, diffusent du soutien et du réconfort à celles et ceux qui ont vécu une enfance agressée.
Se reconstruire après le tsunami psychique, physiologique et physique, est un parcours du combattant qui paraît souvent sans fin. Le but de cet ouvrage est aussi de donner espoir car il montre qu’une réparation, une reconstruction est possible !
Le réaliser en incluant des étudiants en Art, donne encore plus de sens, car il est primordial de soutenir la jeunesse et de lui permettre de s’exprimer, en plus de la sensibiliser, à un sujet sur lequel chaque citoyen.ne doit rester en alerte ! 

Les textes sont courts, volontairement. Ils sont écrits de l’intérieur de l’enfant, avec son regard sidéré, avec son vocabulaire. Avec des images, nous renforçons la possibilité que l’enfant soit entendu depuis son « intérieur » et de comprendre, de partager sa perplexité face au monde des adultes.

Nous imaginons la réalisation et l’édition d’un roman graphique « collégial » dans la mesure où plusieurs dessinateurs.trices pourraient être impliqués.ées dans la réalisation de celui-ci.      

Nous envisageons également de proposer à des élèves d’écoles d’Art de participer à cette aventure, soit en contribuant à une partie des illustrations nécessaires, sous le parrainage de dessinateurs connus, et reconnus, soit en proposant des illustrations en lien avec le sujet dans le but de sensibiliser et prévenir.

Aujourd’hui nous sommes à la recherche de partenaires qui seraient assez fous pour partir avec nous dans cette aventure ambitieuse, certes, et tellement nécessaire pour protéger les générations futures.

La collection « Force de vie » encourage à la libération de la parole sur des sujets encore tabous dans la société.

Pour chacun des sujets nous espérons 6 étapes…

  1. Edition d’un livre sous la forme d’un roman graphique qui met une lumière une ou plusieurs histoires de vie illustrant la thématique.
  2. Après la sortie du livre, création d’une exposition où seront présentées des illustrations accompagnées d’extraits du livre.

  3. Soirée artistique en appui de l’exposition, avec des lectures d’extraits du livre et des chansons en lien avec la thématique.

  4. Mise en place d’Ateliers créatifs afin d’accompagner la libération de la parole sur cette thématique.
  5. Edition du catalogue de l’exposition : Livre enrichi des illustrations et des chansons, et des travaux issus des ateliers créatifs.
  6. Ecriture et mise en scène d’un spectacle nourri des 5 étapes précédentes, afin de créer une œuvre « universelle » sur la thématique.

Sur ce projet nous sommes accompagnés par notre partenaire Voce Verso.